Thème de l’année : Voyage, aventure.

 

Cycle 5, mathématiques.

Du 8 au 26 janvier 2018.

Enseignement du matin.

Arbo Noisy-le-grand

OBJETS

  • Inventer une carte et la transformer en coordonnées (abscisse, ordonnée)
  • Réaliser une chasse au trésor basée sur les coordonnées.

 

Quelle représentation du monde avons-nous eu ? Comment avons-nous pu fabriquer des cartes de géographie de plus en plus précises ? Sur quelles notions mathématiques nous appuyons-nous pour les faire ? Tel est l’enjeu de ce cycle.

 

Déroulement

Semaine 1

C’est la rentrée et pour relancer la motivation rien de mieux que de les inviter à découvrir ce que sera notre prochain cycle et de leur faire imaginer sur quoi il portera. Ils trouvent rapidement que ce seront des mathématiques et proposent comme sujet la numération à travers le monde et les cartes de pays.

C’est notre point de départ : De quoi avons-nous besoin pour faire une carte ? De quelles compétences et de quelles connaissances avons-nous besoin pour les réaliser ?

Les propositions fusent et parmi elles on retient : les mesures, que la terre soit ronde, le respect de la proportion, les échelles.

Pour comprendre en quoi ces réponses peuvent revêtir un sens nous allons observer des cartes du passé. Pour commencer la Mappa Mundi.

Cette représentation du monde est une vision particulière qui permet déjà de se confronter à la réalité (mesures, terre ronde, échelle, proportion). La séance se termine par faire un quadrillage sur la carte de manière à pouvoir la reproduire fidèlement sur son cahier.

La semaine se poursuit par l’observation d’autres cartes (celle de Ptolémée, celle d’AL-Idrisi, celle de Kangnido ou encore un portulan du XVème siècle) avec un travail écrit sur chacune d’entre elles (travail individuel). Le travail de synthèse sur ces cartes est collectif et permet de corroborer nos hypothèses de départ.

Puis arrive le moment où il faut déchiffrer un code « secret » :

48°50’54.886’’N2°33’9.396’’E

A quoi correspondent ces chiffres et lettres. On finit par trouver que ce sont les coordonnées GPS de la ville de Noisy-le-grand. On revient à la terre et à aux lignes imaginaires qui nous permettent de nous repérer et de nous situer à sa surface : équateur, parallèles, latitude, méridien, longitude. On crée donc un repère avec deux axes N/S et E/O. En faisant la coupe de la terre, de ses deux plans qui se croisent perpendiculairement, nous découvrons le repère orthonormé. Exercices d’application et rallye sur le même sujet.

 

Semaine 2

Poursuite du travail sur les repères orthonormés. Différenciation point/case. Rappel sur les coordonnées (abscisse, ordonnée), centre du repère, nombre positif ou négatif. Illustration avec la température, le niveau de la mer.

Présentation de l’objet à réaliser : ils doivent inventer une carte et la traduire en coordonnées afin que d’autres puissent la faire.

Travail en autonomie pour ce jour-là, ils doivent s’organiser soit en commençant par les exercices, soit en faisant la carte.

Reproduire des figures à l’aide de repère orthonormé. Approche sur les échelles et premiers exercices d’application. Découverte de la triangulation lors de travaux dirigés : utilisation du compas et des propriétés du cercle pour définir un troisième point à partir des données de deux premiers points. Approche des angles.

Rallye portant sur la vérification de la compréhension de ces notions.

 

Semaine 3

Les premières cartes avec les coordonnées servent d’exercices pour les autres élèves de la classe. Nous vérifions, en traçant les cartes que les coordonnées correspondent bien aux points utiles pour dessiner la carte. Nous constatons que des données précises donnent le même résultat tandis que des données erronées nous privent d’un résultat correct.

Poursuite du travail sur les échelles en travaux dirigés.

Finalisation de toutes les cartes avec coordonnées.

L’IGN et l’école EBTP formant au métier de géomètre n’ayant pas répondu à nos différentes demandes de partenariat ou de conférences, nous projetons un « C’est pas sorcier » sur la cartographie (où apparaissent les géomètres de l’IGN et leur travail). Ce film reprend et synthétise notre travail des trois semaines.

Travail sur les équations à une inconnue pour résoudre un problème.

Le dernier rallye est proposé par la classe de Soufiane sous forme de chasse au trésor, incluant les notions vues pendant le cycle.

 

Conclusion

Bon cycle, dommage que nous n’ayons pas pu avoir les objets réels et les techniciens compétents pour le rendre encore plus concret.